L'impact du mutualisme bancaire sur le développement

Au-delà de l'impact direct sur les personnes et les familles, l’action du CICM génère des effets économiques et sociaux sur le pays.

Les impacts économiques

Les conséquences micro-économiques

Les conséquences les plus visibles des actions des réseaux du CICM sont d'abord micro-économiques. La bancarisation permet d'augmenter le bien-être des sociétaires.

=> Les agriculteurs, commerçants et artisans voient augmenter leur capacité à financer des activités sources de nouveaux revenus.

=> La mère de famille peut bénéficier d'un prêt-scolarité pour acheter quelques cahiers à son enfant sans avoir à choisir entre cet investissement éducation et la nourriture quotidienne de sa famille sur la période.

L'épargne est sécurisée et le recours à l'usure, qui pesait fortement sur l'endettement des populations, n'est plus nécessaire. L'opportunité offerte par les réseaux de gérer l'épargne et d'obtenir des crédits a un impact pédagogique sur les sociétaires : ils apprennent à adopter une attitude de prévoyance et à sélectionner leurs dépenses.

Sur un plan sociologique, le principe mutualiste implique et responsabilise les sociétaires dans la gestion de leur Caisse locale. Ils savent que c'est leur épargne qui est prêtée aux autres sociétaires et que le non remboursement de crédits aura des conséquences négatives sur l'ensemble des sociétaires.

La croissance des réseaux mutualistes d'épargne et de crédit permet de financer et de développer localement de nouvelles activités économiques et donc de générer de nouvelles richesses sans faire appel à des aides extérieures : la définition même du développement durable.

Les partenariats établis par chaque réseau avec des organisations locales d'appui et de conseil aux micros activités permettent aux sociétaires de bénéficier d'un soutien précieux pour consolider et de pérenniser leur activité. L'effet cumulé du crédit et du conseil facilite le passage de certaines activités informelles vers le secteur formel.

Au final c'est un renforcement de la structure économique des pays qui se profile.

Les conséquences macro-économiques

L'action des réseaux mutualistes a également un impact macro-économique au niveau régional.

Les synergies établies entre ces réseaux et des organisations d'appui aux petits entrepreneurs ont des effets d'entraînement sur l'environnement économique des Caisses locales.

La valorisation de l'épargne collectée, le financement des activités de chaque village peut participer au ralentissement de l'exode rural.

Tout cela participe à la création d'emplois locaux et pose les jalons d'une société plus équilibrée.

Les impacts sociaux

L’épanouissement personnel

L'appartenance d'un individu à un mouvement qui lui accorde sa confiance contribue à son épanouissement personnel. Elle lui offre la possibilité de :

  • donner son avis sur les activités communes,
  • accéder à un statut d'acteur qui lui procure une certaine reconnaissance.

La possession d'un livret d'épargne dans les milieux les plus pauvres restaure fierté et dignité. Cette notion de dignité tient d'ailleurs une place importante dans la philosophie mutualiste.

La sécurisation de l'épargne et son traitement confidentiel permettent parfois au sociétaire d'échapper aux pressions et sollicitations familiales. Il se sent plus libre. La solidarité familiale est en soi admirable mais elle peut avoir un effet paralysant quand elle s'applique sans discernement.

De nouvelles perspectives

La gestion d'un budget, individuel ou familial, amène les sociétaires à sortir d'une logique de survie, pour se placer dans une perspective qui consiste à :

  • économiser,
  • ou à investir aujourd'hui pour assurer les revenus de demain.

Les pratiques mutualistes ont des effets importants sur le système de valeurs d'une population. L'organisation et le fonctionnement électif des réseaux mutualistes ont un impact sur l'organisation sociale, en sensibilisant les populations sur le concept de démocratie.

En ce sens, le système mutualiste est susceptible de contribuer à la montée en puissance de la société civile si souvent évoquée et souhaitée par les organisations internationales.

La formation donnée aux cadres qui en prennent les rênes en pleine autonomie est garante de sa pérennité. Ils ne sauraient oublier les finalités sociétales initiales de leurs mouvements dont la banque n'est qu'un moyen.

Né à l'occasion d'une famine frappant l'Allemagne au milieu du XIXe siècle, le mutualisme bancaire s'est implanté avec succès en Afrique. Au Sénégal et au Congo il a même constitué les réseaux leaders de la banque de proximité.



Retrouvez-nous sur Facebook Twitter

Faire un don en ligne (redirection vers le site de la Fondation de France)


Actualité du Centre International du Crédit Mutuel Plug-in Flash requis...


Visiter le site du Crédit Mutuel