Problème d'affichage ? Cliquez ici.

Visitez le site du CICM
Visitez le site du CICM   N°10 | Mars 2018
 
L'actu
Le CICM à l’honneur au Salon International de l’Agriculture
La semaine du SIA a été l’occasion de faire connaitre le CICM aux visiteurs présents sur le stand du Crédit Mutuel. Plusieurs prises de contact ont eu lieu, notamment lors du cocktail organisé le 28 février dernier. Il nous appartient désormais de valoriser ces rencontres au service du monde agricole dans les pays en voie de développement…

 En savoir plus sur le site institutionnel CreditMutuel.com


L'actu
Le CMBF sous l’angle agricole

L‘agriculture est un secteur important de l'économie burkinabè; elle contribue pour 35 à 40% au PIB, occupe plus de 80% de la population, constitue une source de devises et concourt de manière significative aux besoins alimentaires de la population.


Dans ce contexte, tous les acteurs doivent s’unir afin de faire face aux défis majeurs auxquels l’agriculture est exposée :

- l’accès à la terre (titre foncier) pour les producteurs,
- la modernisation des techniques et moyens de production,
- l’encadrement commercial et la formation professionnelle,
- le financement conséquent du monde agricole…

Depuis 2013, le CMBF est résolument engagé dans le financement de l’activité agricole.

Cet accompagnement de financement des productions agricoles concerne non seulement des producteurs individuels ou des groupes de producteurs libres (c’est-à-dire : sans un partenaire d’encadrement technique), mais aussi des producteurs organisés en coopérative avec l’encadrement technique de partenaires comme la SAPHYTO (Société Africaine de Produits Phytosanitaires), la FPK (Ferme Pédagogique de Kourounion) à BOBO DIOULASSO et ORODARA, la Fondation DREYER basée à DANO et la Coopérative COOP’Emploi Service basée à BOBO DIOULASSO.

 En savoir plus


L'actu
La Fédération des MUCODEC : les maraîchers de Brazzaville

Dans le cadre d’un protocole signé en 2016 entre l’Etat Congolais, la Fédération des MUCODEC et l’Agence française de Développement (AFD), 293 maraîchers de Brazzaville (Congo), expulsés de leurs terrains pour la construction d’une nouvelle route, ont été réinstallés.
Les partenaires ont réussi à trouver des terres cultivables proches de Brazzaville, à mobiliser des financements et à apporter des garanties. La parcelle de chaque maraîcher est de 400 M2. Le montant total de prêts mis en place est de 280 millions de francs CFA (420 000 euros). Un fonds de garantie de 100 millions de francs CFA a été mis en place pour garantir les prêts.
Ce projet a rencontré beaucoup d’écueils tels que le prix des terres trop élevé, un montage complexe, des frais de notaire très importants (que l’Etat congolais a finalement pu ramener à des taux intéressants) ainsi que la crise économique qui a bloqué l’accord de certains prêts. Malgré toutes ces difficultés, le projet a abouti et les maraîchers ont pu être réinstallés.


3 questions à
Interview de Paul-Henri Doublier : un homme ancré dans les valeurs coopératives et mutualistes, une vie tournée vers l’aide au développement agricole




Votre présentation en quelques mots…

Issu d’une famille nombreuse, j’ai eu la chance de grandir avec des parents dotés d’une grande ouverture sur les autres et sur le monde. Agé aujourd’hui de 66 ans, installé en tant que céréalier depuis 1978 en Eure-et-Loir, je me suis marié la même année à une femme d’origine togolaise et nous avons ensemble 3 filles. Notre exploitation agricole de 120 ha est entièrement irriguée et nous y cultivons du blé dur, du blé tendre, de l’orge de brasserie, du maïs, de la betterave et des pommes de terre.

De père et grand-père exploitants agricoles et co-fondateurs avec d’autres exploitants de la Coopérative du Dunois qui a la même origine que celle du Crédit Mutuel du Centre, dans la région de Châteaudun (pour mieux s’organiser, mieux vendre, avec un meilleur accès au crédit et à l’épargne), j’ai grandi dans un fort ancrage coopératif et mutualiste. J’ai appris à travailler avec les autres et pour les autres.


 En savoir plus

Votre rôle au sein du Crédit Mutuel du Centre et votre intérêt pour le CICM ?

Détenteur d’un livret depuis tout petit au Crédit Mutuel du Centre et porté depuis toujours – comme expliqué précédemment – par les valeurs coopératives et mutualistes, c’est naturellement que je suis devenu sociétaire du Crédit Mutuel du Centre, puis administrateur de la caisse locale d’Orgères-en-Beauce, puis président de cette même caisse locale. Depuis une vingtaine d’années, je suis administrateur du Conseil Fédéral du Crédit Mutuel du Centre.

Mon travail porte essentiellement sur les thèmes de l’agriculture et des céréales en particulier.

J’ai connu le CICM via les comptes rendus exposés lors des réunions du Conseil Fédéral du Crédit Mutuel du Centre. Puis j’ai eu l’opportunité de représenter la Fédération du Crédit du Centre, administrateur du CICM au sein du Conseil d’administration du CICM. Porté comme à chaque fois par mes valeurs coopératives et mutualistes, c’est naturellement que j’ai accepté cette nouvelle mission avec beaucoup d’intérêt, depuis octobre 2015. J’ai assisté au développement des partenaires du CICM, avec beaucoup de réflexion, pour l’autonomie des responsables locaux.


Vous êtes un militant actif dans le monde agricole. Pouvez-vous nous en dire plus sur vos missions à l’Etranger ?

Très impliqué aujourd’hui au sein de FERT, association de coopération internationale pour le développement agricole des pays en développement et émergents, j’ai participé à différentes missions à Madagascar et au Burkina Faso pour l’aide au développement des organisations professionnelles agricoles (formation, éducation, financements, commercialisation, etc.). Il ne s’agit pas d’une aide technique pure mais d’échanges partagés de paysan à paysan. C’est ainsi que j’ai reçu sur mon exploitation différents exploitants agricoles de ces pays.

 Lire en intégralité l'interview de Paul-Henri Doublier

Quid de l’importance de l’agriculture dans les phases de développement de l’Afrique et de l’Asie ?

Cette aide est capitale. La production agricole est en effet essentielle. Elle contribue à la paix sociale d’un pays.

Tout cela passe par un développement global et équilibré : la partie financière certes mais aussi l’organisation de la production (technique, commerciale), l’organisation de la formation et l’organisation sanitaire et sociale. C’est la raison pour laquelle je souhaiterais que le CICM puisse entrer dans une logique de projets de développement globaux intégrant les différents besoins de la filière agricole et pas seulement son financement.



  L'édito
 
LE CICM ET L’AGRICULTURE

Pour la première fois, le Centre International du Crédit Mutuel est mis à l’honneur par le CREDIT MUTUEL au Salon International de l’Agriculture (SIA).

Le CICM a pour mission de donner accès au crédit et à l’épargne à des populations qui en sont privées, au travers de réseaux mutualistes de microfinance.

Le financement de l’agriculture est un axe important du développement en Afrique et en Asie, aucune région n’ayant pu s’industrialiser sans un développement préalable de son secteur agricole. Il est un enjeu majeur pour faire reculer la faim et la pauvreté.

Le CICM, à travers les réseaux qu’il soutient depuis près de 40 ans, intervient directement dans le financement de l’agriculture, ainsi c’est près de 5 500 exploitants, pour environ 3 millions d’euros qui ont bénéficié de micro financement en 2017.

Au travers de cette newsletter, vous pourrez découvrir des initiatives locales et originales à l’exemple du Burkina Faso ou au Congo.
Cette orientation est soutenue par de nombreux Elus du CICM qui ont de forts ancrages ruraux et agricoles.






Document non contractuel. Annonceur : Confédération Nationale du Crédit Mutuel; 88-90, rue Cardinet 75017 PARIS.
Vous pouvez vous désabonner ou modifier votre abonnement par un simple mail au Centre International du Crédit Mutuel.
Ce message vous est envoyé par un automate, veuillez ne pas y répondre.
Copyright (C) 2015 CICM. Tous droits réservés.


Nous vous informons que conformément à la réglementation, vous pouvez vous inscrire gratuitement sur la liste nationale d'opposition au démarchage téléphonique sur bloctel.gouv.fr ou en écrivant à Opposetel 6 rue Nicolas Siret, 10 000 Troyes.
Cette inscription entraînera l'interdiction pour tout professionnel, et tout intermédiaire agissant pour son compte, de vous démarcher téléphoniquement, sauf en cas de relations contractuelles préexistantes. Si vous êtes client du Crédit Mutuel, elle ne fera pas obstacle à l'utilisation des coordonnées téléphoniques que vous nous aurez communiquées pour vous présenter une offre ou une nouveauté sur nos produits et services.
De manière plus générale, nous vous informons que les coordonnées ci-dessus communiquées pourront être utilisées à des fins de prospection commerciale ou pour vous adresser des informations sur l'actualité de l'ensemble des produits et services que nous proposons, par e-mail, SMS ou téléphone mais que vous avez le droit de mettre fin à cette utilisation, à tout moment et sans frais, en écrivant à : Confédération Nationale du Crédit Mutuel; 88-90, rue Cardinet 75017 PARIS.
Les informations personnelles recueillies peuvent faire l'objet d'un traitement informatisé. Ces informations sont principalement utilisées pour les finalités suivantes : gestion de la relation, prospection, animation commerciale, études statistiques.
Conformément aux dispositions de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'opposition, d'accès, de rectification et de suppression sur les informations qui vous concernent, à tout moment et sans frais.

Pour vous désabonner, cliquez ici.